Où en sommes-nous avec les punaises de lit en France ?

Le cas des punaises de lit à Draguignan exposé dans les médias en août 2011 pose quelques questions intéressantes sur où sommes-nous avec les punaises de lit en France.

Draguignan, ville au climat méditerranéen du département du Var (région Provence-Alpes-Côte d’Azur) est apparement envahie par les punaises de lit cet été 2011 selon les dires de quelques médias qui rapportent l’information depuis plusieurs jours.

Il y a d’abord eut les journaux locaux : Varmatin #1 Varmatin#2 NiceMatin

Et puis ce mercredi 24 août 2011 France 3 en parle dans son journal télévisé : VidéoFrance3 ArticleFrance3

Pourtant, l’affluence touristique reste modeste dans cette petite ville d’environ 38 000 habitants par rapport à ses voisines de la Côte d’Azur et aucun facteur de risque particulier ne semble expliquer une invasion plus menaçante de punaises de lit qu’ailleurs. Etrangement, les habitants et la mairie semblent croire à une corrélation avec la crue meurtrière de juin 2010. Personnellement, je ne vois pas le rapport alors il faudra nous expliquer !

Soit il y a vraiment une situation particulière à Draguignan, à savoir laquelle, soit Draguignan n’a aucun facteur risque de plus que dans n’importe quelle autre ville de France et certainement beaucoup moins que dans celles où il y a une très forte affluence de voyageurs internationaux et c’est tout simplement que les médias du Var se sont dit que ça ferait un bon sujet à traiter parce que les habitants du centre ville se sont manifestés. On peut donc se poser la question de l’ampleur du problème de la punaise de lit dans toutes les villes de France. Est-il le même qu’à Draguignan? On peut se demander également pourquoi les médias traitent aussi peu le sujet des punaises de lit.

Concernant les autorités publiques, un indicateur intéressant sur le fait que les punaises de lit ne sont pas une priorité est le fait que pour le moment il n’a pas été démontré que les punaises de lit transportent et transmettent des maladies. Le traumatisme psychologique et financier des personnes touchées par le problème des punaises de lit ne semblerait donc pas suffisant pour déclencher un plan d’action prioritaire.

(Photo par Fabrice Terrasson)